krokus
GNM-FR

cancer du sein (ductal) Version imprimable Suggérer par mail

Cancer du sein droit (canaux galactophores) (ductal)

Liliane 40 ans,  droitière - mariée -  deux enfants.
En mars 2005, elle apprend que son mari a fait une rencontre avec une autre femme plus jeune. Elle fait un choc (dhs)« cette jeune femme est en train de me prendre mon mari. »

Pendant quelques semaines, elle ne lui en parle pas, espérant que son mari le lui avoue. Mais rien. Alors en avril  elle décide de lui parler.
Cette discussion, elle l’a vécue de façon terrible, car elle a ressenti que cette jeune femme lui prenait son mari qui en était totalement amoureux.

Elle fit tout pour essayer de le séduire et de le garder, mais en juin, il partit s’installer avec la jeune femme.

Pour Liliane ce fut très dur, mais la séparation s’est déroulée à l’amiable, son mari ne lui a pas fait de tort, ce qui a adouci la rupture.

Fin janvier 2006, elle s’aperçoit  subitement  en faisant sa toilette que son sein droit est gonflé, douloureux, rouge et démange beaucoup.

Elle consulte son médecin, qui lui dit : « oh ! Madame il faut faire vite, vous avez un cancer fulgurant et si vous ne vous faites pas soigner immédiatement, dans 3 semaines vous êtes morte » !
Ce pronostic la terrorise, elle pense à ses enfants…
Puis elle en parle à  une collègue de travail qui lui dit : « tu devrais consulter ailleurs, pour avoir d’autres avis ». Et la collègue lui prête  le livre du Dr Hamer…

En lisant ce petit ouvrage,  Liliane comprend, et  se dit : « je suis donc en phase de réparation, alors je vais attendre que mon sein diminue, il n’y a rien d’urgent, et je verrai si ce que dit le Dr Hamer se vérifie. »  Au bout de trois semaines, des écoulements de liquide sanguinolent s’évacuaient par le  mamelon, son sein devenait moins douloureux, plus souple et diminuait petit à petit. Au bout de 4 mois il restait seulement une légère déformation, et Liliane se sentait très bien…

A ce moment là, elle consulte son médecin traitant, qui est stupéfait. Il lui dit : « je vais vous faire une échographie par sécurité ». Il constate alors que son sein avait des microcalci-fications. A nouveau il lui met le doute, mais elle est restée tranquille car dans les livres du Dr Hamer, il est écrit que les microcalcifications sont les cicatrices des canaux galactophores totalement inoffensives.

Aujourd’hui en 2011, «  je vais bien » dit-elle, « mon sein est un peu déformé, mais ne me gène pas du tout, et j’ai même refait ma vie avec un autre homme.
Je suis heureuse, et bien en vie. Merci Dr Hamer ».

 

 

-----------------------------------------------------         ----------------------------------------------------

 

Liliane a vécu un conflit de séparation : « mon partenaire m’est arraché de mon sein ».

Dans la phase active du conflit, il n’y a pratiquement pas douleur ni de déformation au niveau du sein. Il se produit  une ulcération étalée à l’intérieur des canaux galactophores, afin de favoriser  un plus grand débit de lait, pour «nourrir » au plus vite le partenaire.

Dans la phase de solution du conflit, il y a une réparation des canaux galactophores. Le gonflement passager est dû à la régénération des ulcérations des canaux. Ce que l’on nomme microcalcifications, sont des cicatrices inoffensives.

                                                 Sein droit – Canaux galactophores

(Cancer ductal, le plus courrant chez les femmes)

Photos  illustrant les phases du déroulement des SBS -

 

       
    
 

 

Canaux galactophores en phase de solution. Le gonflement est accentué lorsqu’il est accompagné d’un conflit actif des collecteurs des reins (conflit existentiel) – retenue des liquides = Syndrome.

Canaux galactophores  solutionnés (microcalcifications) – totalement inoffensives. Ce sont les cicatrices naturelles.

 

 
 
 
 
 
© Dr med. Mag. theol Ryke Geerd Hamer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt