krokus
GNM-FR

cancer du sein (adénoide) Version imprimable Suggérer par mail
Cancer de la glande mammaire gauche - Conflit grand-mère /petite fille

Elia, 69 ans - Droitière,
Elia, heureuse grand-mère, reçoit pour les vacances, depuis qu’ils ont l’âge de 7 ans, ses deux petits enfants, Aurélie  et Paul. Elle habite la campagne (à 200 km du domicile des parents), et les enfants peuvent s’ébattrent dans la nature.
 
Jusqu’à l’âge de 9 ans tout allait bien. Vers l’âge de10 ans la petite fille devient désobéissante et agressive avec la grand-mère, mais celle-ci le prend bien, car elle essaie de l’éduquer en lui  expliquant chaque fois ce qui est autorisé ou pas, et Elia sait que tous les enfants ont parfois un passage difficile.

Toutefois, la petite fille répète à sa maman que la grand-mère est méchante avec elle. En mai 2010 quand la fille d’Elia lui rapporte les dires d’Aurélie, la grand-mère fait un choc (DHS).  Elle vit mal le comportement de la petite fille, et se demande pourquoi elle est perçue comme une mauvaise grand-mère.  Elle décide de parler avec sa fille mais celle-ci lui répond « tu sais que j’ai une grande confiance en toi, et Aurélie c’est une gamine ». Mais la grand-mère se préoccupe pour sa petite fille.  Elle vit cette situation seule, car dit-elle « ma fille ne se préoccupe pas,  mais j’ai peur qu’Aurélie tourne mal plus tard »

Comme les années précédentes, début juillet 2011 Aurélie, 11 ans et son frère viennent passer les vacances d’été chez la grand-mère. Avec le petit garçon il n’y a jamais eu de problème.

Au milieu de  la  première semaine de juillet, la petite fille fait une crise de colère terrible. Après avoir essayé de frapper la grand-mère, elle s’enfuit de la maison pendant toute une  après midi. Elia a un moment de panique et  part à sa recherche, ayant peur qu’Aurélie se perde dans le bois. (En vain.)  Elle décide alors de  l’attendre car elle connaît bien sa petite pensant qu’elle avait fait exprès pour lui faire peur. C’est ce qui s’est avéré juste… Au bout d’environ trois heures, la petite revient, comme si rien ne s’était passé (elle s’était rendue simplement chez la  voisine à 200 mètres de la maison, disant à  celle ci qu’elle voulait jouer à la balançoire avec son fils, alors la voisine ne s’est pas inquiétée et n’a pas averti Elia pensant qu’elle était informée)
La grand-mère l’accueille les bras ouverts, en lui offrant un petit goûter mais son frère lui dit : « tu sais mamy a eu très peur » !

Elia raconte que ce jour là, l’attitude d’Aurélie dépassait tout entendement. Elle, qui faisait tout pour que sa petite soit heureuse, ne comprenait pas. Elle avertit sa fille (la mère de la petite), qui ne la  prend pas au sérieux, et lui dit « Maman ! Tu connais Aurélie ! »  Mais durant les jours qui suivirent et jusqu’à la fin des vacances  elle  vécut vraiment mal la présence de la petite fille, ayant toujours peur qu’elle parte, et faisait tout pour éviter qu’elle se mette en colère. D’autre part elle ne devait pas non plus lui passer tous ses désirs, car elle avait un devoir d’éducation.
Cependant, Elia connaissait très bien la situation des parents d’Aurélie qui  ne s’entendaient pas. La petite vivait mal ce conflit parental alors que son frère ne ressentait pas les disputes des parents aussi fort que sa sœur. Aurélie avait toujours peur que ses parents se séparent, et peur de ne plus voir l’un ou l’autre. C’est ce contexte familial qui la rend  fragile. Elia décide dans un premier temps d’aller se promener avec Aurélie et de lui parler de ses parents, mais elle ne voulait rien entendre, et refusait les propositions de sa grand-mère.

Elia avait une très petite boule au sein gauche depuis l’année 2010, mais ne s’en était pas inquiétée car elle n’évoluait pas. Elle s’aperçoit au début septembre 2011 que cette boule avait grossi. En octobre 2011 elle ne grossit plus mais se durcit, et c’est ce durcissement avec un peu de douleur qui l’a interpellé. Immédiatement elle a pensé au conflit avec la petite fille. En fait la petite fille étant rentrée chez ses parents, fin août, la grand-mère s’est senti tout à coup soulagée et donc  a solutionné. Ce durcissement est l’enkystement de la « tumeur ».

La grand-mère, très consciente de ce qui lui arrive, décide de ne rien faire, de garder son sein en l’état… Elle souhaite que toutes les femmes qui ont un « cancer » du sein, comprennent que ce n’est pas dangereux mais que cela a du sens.  Elle ajoute : «  mon organisme a fabriqué plus de sein, donc plus de lait pour  nourrir ma petite fille,  qui souffrait et que je voulais  sauver. Ce Programme Biologique de la nature lié au sein va favoriser une meilleure harmonie familiale. »

Merci Dr Hamer, merci pour la découverte de la  Germanische Heilkunde qui est  l’espoir de toute l’humanité, et pour mon cas l’espoir des femmes, car plus aucune d’entre nous ne doit avoir peur de ce cancer, et  ne doit plus jamais être mutilée, ni détruite par la chimie ou brûlée par les radiations.
 
 
---------------------------------------          -----------------------------------
 
 
La grand-mère pensait que sa petite fille souffrait de la situation familiale et voulait à tout prix que cela cesse, mais il fallait aussi l’éduquer. (Alors c’était un conflit = combat) pour être la meilleure grand-mère et se sentir aimée de sa petite fille et la sauver de sa souffrance.
La grand-mère faisait des récidives, retournait chaque fois dans le rail. Lorsque les vacances approchaient, elle appréhendait se demandant comment agir pour éviter les colères de la petite, et lui donner ce qui lui manque.

Son sein grossit  pour suppléer au besoin de la petite fille et lui montrer qu’elle est une bonne grand-mère. Il y a une multiplication cellulaire dans la phase active du conflit pour contenir une plus grande quantité de lait afin d’avoir suffisamment de lait  pour bien nourrir l’enfant jusqu’à ce qu’il retrouve une bonne santé...
C’était le bon  Programme Biologique Spécial bien fondé pour la survie de la petite, en attendant la solution.
La douleur intervient en fin de phase de réparation du conflit. Actuellement son sein s’enkyste  et même si le kyste reste, il est totalement inoffensif. Dans certains cas en phase de solution, selon le Programme Biologique bien fondé, la guérison biologique se déroule avec le concours  de la tuberculose. Dans un premier temps la tumeur se caséifie puis est éliminer (tumeur ouverte). (les microbes sont nos chirurgiens naturels).
Elia veut définitivement sortir du rail et a décidé de parler avec les parents de la petite fille, pour réorganiser les vacances. Mais comme elle le dit, c’est elle, avec sa famille, qui doit changer ses comportements et  sa façon de vivre. Ce changement  sera utile au bon équilibre du couple pour une meilleure harmonisation avec les deux enfants.

Glande mammaire gauche (carcinome adénoïde)

                            
 
Multiplication cellulaire (tumeur), en phase active du  SBS.
En même temps,  il y a une rétraction du sein.
Dès l’arrêt du conflit la multiplication cellulaire cesse.
.
© Dr med. Mag. theol Ryke Geerd Hamer®

 
 
 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt