krokus
GNM-FR

verrues plantaires Version imprimable Suggérer par mail
Verrues plantaires chez un enfant de 11 ans - Gaucher
Mon épouse et moi étudions la Germanische Heilkunde® depuis environ un an et demi.
Au début ce n’était pas facile d’avoir une vue d’ensemble mais petit à petit, la lumière commence à poindre. De jour en jour, j’arrive mieux à comprendre les relations entre psyché – cerveau -organe  Pour illustrer tout cela je souhaite vous donnez un témoignage.
Il s’agit d’un conflit de séparation.
Mon fils âgé de  onze ans souffre  depuis des années de verrues sous la plante du pied droit.
La première fois qu’on les a remarquées, elles mesuraient (de 3 à 5 mm. On a pensé que ce n’était pas grave, et qu’un jour ou l’autre elles disparaissent d’elles-mêmes. D’ailleurs la médecine nous a dit qu’elles sont dues à un virus qui un jour ou l’autre disparaît.
Toutefois, avec le temps nous avons remarqué que ces verrues ne disparaissaient pas mais continuaient de grossir. Oh, lentement, mais elles ne diminuaient pas et devenait à chaque fois un peu plus grosses, sans éclater. Notre fils ne s’en plaignait pas, et donc  on ne faisait rien.
Un jour on décide d’y remédier et de trouver une solution. Jusque là, en dehors d’attendre désespérément  qu’elles disparaissent on ne nous proposait rien. Malgré notre étude de la Germanische Heilkunde® les choses restaient sans réponse et les verrues avaient un diamètre de  25 x 25 mm et devenaient une gêne pour notre fils surtout pour la course à pied.
Tout d’abord nous savons que les verrues se rapportent à l’épiderme, la couche externe de la peau et que celle-ci réagit à une séparation. Puis, nous savons que la séparation tient son  relais au niveau du cortex cérébral, donc la latéralité est à prendre en compte. Notre fils est gaucher et le fait que les verrues sont  au  pied droit signifie que cela correspond à une relation mère/enfant. Il était évident que dans ce cas, c’est la mère qui est en jeu. Enfin,  nous savons que la localisation sous la plante des pieds signifie que la séparation s’est faite contre sa volonté. Jusque là tout correspond bien.
 
 
  verrues plantaires
verrues plantaires
 
 
 
Maintenant il faut  trouver le conflit à l’origine, ce qui bien sûr n’est pas simple.
Quelques jours plus tard, j’interroge mon fils sans brusquer les choses. Je lui dis que ses verrues plantaires viennent d’un conflit de séparation probablement en relation avec sa maman. Je lui demande s’il se souvient de la date d’apparition de  ces verrues. Il répond immédiatement ; « depuis l’école primaire ». Je lui demande alors s’il se souvient d’avoir à ce moment-là éprouvé un sentiment d’abandon ou de séparation avec  sa maman. Il raconte spontanément que durant la première semaine à l’école primaire, des mamans qui accompagnent leurs enfants,  restent dans la classe auprès d’eux et que lui aussi aurait bien aimé la présence de  sa maman  Il dit textuellement à mon épouse : « et toi tu n’étais pas là ! »
C’était cela son conflit de séparation. Il souhaitait  que sa maman reste près de lui, et elle ne l’était pas. Il n’avait pas la possibilité de partager cela avec quelqu’un, se sentait isolé  et en écoutant ce récit on ressentait la violence du vécu.  Suite à ces propos;  je lui dis : « regarde, maintenant tu vas au collège et j’imagine que tu ne voudrais pas que ta maman t’accompagne, non ? » Il répond simplement : « non plus maintenant !».
Les choses en restèrent là et nous sommes retournés à notre vie quotidienne. Au bout d’une semaine on  demande à notre fils comment évoluent  ses verrues. A notre stupéfaction, elles ont diminuées en taille. Les deux semaines suivantes nous avons constaté que  les verrues avaient diminué jusqu’à finalement disparaître totalement après trois semaines. Cela faisait bien quatre années que notre fils avait ces verrues et depuis elles ne sont jamais revenues.
Pour mon épouse et moi cela est la preuve que la Germanische Heilkunde® est juste  et ce sur les trois niveaux ; psyché – cerveau – organe.
Avec tous nos remerciements pour cette connaissance.
Sincères salutations.
M. et A.
 
 
---------------------------------------------------       ----------------------------------------------------------
 
 
REMARQUES
 
La Germanische Heilkunde® est une science de la vie. Les 5 lois biologiques avec leurs programmes bien fondés de la nature, sont remplies de bon sens. Indissociables, elles fonctionnent toujours aux trois niveaux : psyché-cerveau-organe. Pour la recherche du conflit, il faut travailler à la manière d’un « criminaliste », il faut bien connaître ce que l’on cherche, en un mot c’est un véritable savoir faire que de poser les bonnes questions. Lorsqu’on découvre le conflit  on est souvent étonné de l’exactitude de la Germanische Heilkunde® dans le moindre détail. Dans le cas cité, les verrues persistent car l’enfant retourne toujours dans le « rail ». Chaque fois que sa maman le dépose à l’école = récidives de séparation car il voudrait que sa maman ne parte pas, (reste « avec ses pieds » près de lui). Les verrues sont la phase de régénération, en suspend à cause des récidives, donc n’ont pas le temps de disparaître totalement entre deux récidives. (cf. sur le livre/tableau ou la présentation « le rail ».
Quelle thérapie dans ce cas ?
C’est tout simple, si l’on a une bonne connaissance de la Germanische Heilkunde® et que l’on est un bon criminaliste, après détection du conflit il nous faut prendre des décisions en se référant au  déroulement du Programme Biologique bien-fondé, c'est-à-dire bien connaître si la conflit est actif ou en solution ou en récidives. Pour ce cas il s’agissait de récidives. La maman a très bien expliqué à  l’enfant  qui a compris et maintenant qu’il est devenu grand  il ne veut plus que sa maman reste avec lui. Ces verrues étaient un programme biologique bien fondé, remplis de bon sens, afin que l’enfant puisse survivre à l’absence de sa maman et l’interpeller.
Les verrues plantaires ont disparues car  maintenant devenu grand, l’enfant peut se débrouiller tout seul. Nous constatons  que seul l’enfant est acteur de sa guérison
Si les parents avaient connus la Germanische Heilkunde® avant, il est probable que l’on aurait pu éviter ces verrues.
 
 
 
 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt