krokus
GNM-FR

sinusite Version imprimable Suggérer par mail
Sinusite chronique suite à l’obligation  d’ingérer tous les matins un bol de lait avant de partir à l’école.

13 février 2013
Durant 9 années j’ai souffert de sinusite (inflammation des fausses nasales). Cela a commencé à l’âge de 10 ans et c’est arrêté du jour au lendemain à l’âge de 19 ans.
 
A l’âge de 7 ans, ma mère  me « servait » tous les matins un grand bol de lait avant de partir à l’école. Elle disait que c’était pour que je grandisse.

Au bout de 2 ou 3 ans, j’ai pris conscience que ce lait m’incommodait et je n’en voulais plus. Je considérais que je n’étais plus un bébé et que je ne pouvais plus supporter ce rituel du lait au petit déjeuner.
 
Ma mère a toujours exigé que je boive ce lait  et ce jusqu’à mes 18 ans. En petite fille gentille et obéissante, je buvais ce lait, bien que cette odeur me soit devenue insupportable, ce que je reliais à l'obligation etc.

Jusqu’à l’âge de 10 ans j’ai souffert de problèmes inflammatoires au niveau du nez. Mais c'est à cet âge qu'a débuté une année de torture chez les spécialistes ORL,  avec à la clé d’inutiles scanners, IRM, biopsies nasales, et d’innombrables physiothérapies. On a épuisé toutes les ressources de naturothérapie possibles et inimaginables sans aucun résultat. Mes parents étaient désespérés et totalement épuisés par les incessants rendez-vous chez les médecins.
 De plus toute la muqueuse nasale a été détruite  avec l’application quotidienne et durant des années de gouttes (Xilo et Naphazolin) prescrites par les médecins et tout compte fait je ne pouvais tout simplement plus respirer librement sans ces gouttes. Le nez était encombré en permanence avec des écoulements de sécrétions jaunes, vertes, sanguinolentes. Sans parler des maux de tête insupportables surtout  en tant qu’enfant !
 Après environ 3 ans, je me suis résignée à vivre avec cette irritation  à l’intérieur du nez.

A l’âge de mes 19 ans, je quitte, la maison pour continuer mes études, et c’est à ce moment là que mon conflit chronique a été résolu. Dès les premiers jours, installée dans la résidence étudiantes, je me suis sentie autonome, suffisamment adulte, enfin, je « volai de mes propres ailes » (je n’étais plus un bébé, que la mère avec sa bouteille de lait près de moi).
C’est moi-même qui me faisais un café au petit déjeuner à la place du ‘‘lait détesté’‘ et le soir venu, vous me croirez ou non, mon nez était totalement dégagé.
Un changement aussi radical et instantané ne s’oublie pas !
 La semaine suivante j'évacuais énormément de sécrétions mais je n'avais JAMAIS le nez complètement bouché comme avant. Tout est rentré dans l’ordre au bout d’une semaine et mon inflammation de niveau IV des sinus à soudain disparue, alors que les « spécialistes » avaient traité cette inflammation des années durant sans succès. Si ma mère avait su qu’une tasse de cacao ou un jus de fruit au petit déjeuner aurait résolu mon problème, elle l’aurait sûrement fait.    


Depuis 1990, j’ai recouvré complètement la santé. Je vis sans aucun ‘‘ problème de nez’’ et je bois volontiers de temps à autre une tasse de lait chaud sans penser à mon nez. De par mon accession à l’autonomie, j’ai résolu mon conflit ainsi que les rails y afférant. L’odeur du lait ne me dérange plus. En définitive c’est moi qui décide si je veux en boire ou non.

Depuis quelques jours, j’ai décidé de  à calculer les frais engendrés par mes différents traitements, je travaille dans ce milieu. Cela a coûté un joli pactole à la caisse d’assurance maladie: 120 000 euros (cent vingt mille).
Juste une inflammation des sinus nasaux à cause d’une ‘‘obligation de boire du lait’’.
Alors qu’il suffisait d’arrêter que je boive du lait, et cela  n’aurait rien coûté à la caisse d’assurance maladie.
Il y a bien plus que de  la tromperie en jeu ici. Et quand on comprend cela, qu’on y regarde de plus près, il n’y a plus de retour en arrière possible. Comme dans le film ‘‘Matrix’’.

La Germanische Heilkunde  ne signifie pas seulement pour moi, santé et chance, mais aussi la compréhension du sens de la vie.

Merci
S. M
---------------------------------------      ----------------------------------------
 
 Remarque : Sinusite chronique, ou tout autre maladie chronique, signifie que la personne à un « rail », une allergie.
Les rails sont des aspects complémentaires du conflit en relation avec un DHS, autrement dit ce sont les circonstances qui sont associées au DHS à la seconde où celui-ci se produit. La personne ne ressent pas uniquement le choc conflictuel aigu et dramatique au moment du DHS comme un flash momentané, mais elle y associe également des sons, des odeurs, des sensations variées, des goûts, des personnes, des animaux, des lieux ou des couleurs précises et ces images vont perdurer pratiquement à vie. (Cf. livre/tableau français page 5)

Cette personne est sortie du rail lorsqu’elle à quitter la maison et la mère…. Donc a solutionné totalement le conflit avec le lait et tout ce qui était en relation avec le lait : (mère, odeur, obligation d’avaler). Dans la Germanische Heilkunde, c’est le patient qui décide, il est acteur de sa guérison.
 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt