krokus
GNM-FR

paralysie de la jambe Version imprimable Suggérer par mail

Au début de l'année 1991, je me suis aperçue un jour en allant à mon travail (j'habitais alors la banlieue de Paris) que mon pied gauche et ma jambe me gênaient en montant dans le métro ou en montant les marches des escaliers. Comme cela persistait, j'ai consulté mon médecin. Il m'a prescrit un scanner du cerveau. J'ai fait faire ce scanner dans un centre de radiologie à Paris. Je me souviens que le radiologue a pris des précautions pour me donner le compte rendu : séquelles d'hémorragie cérébrale. J'en fus impressionnée.

Peu de temps après, j'ai rencontré le Docteur Hamer et je lui ai montré mon scanner. J'ai appris grâce à lui qu'il s'agissait d'un œdème correspondant à un conflit de motricité en demi solution. D'autres foyers correspondants à des conflits ont été également décelés.
Pour ce qui concerne cette fameuse séquelle d'hémorragie cérébrale, de quel conflit s'agissait-il ? Je l'ai vite compris. En effet, je faisais alors partie d'un groupe de personnes qui avaient prévu de participer à une rencontre internationale aux Etats Unis au mois de Mai 1991. J'étais sur la liste des participants en tant que déléguée. Heureuse de la perspective de ce voyage dans un pays que je ne connaissais pas, j'étais en même temps très effrayée à l'idée de prendre l'avion, et de ces heures au-dessus de l'océan…

J'étais prise dans un dilemme, un conflit : aller aux USA, participer à la rencontre, mais risquer l'accident d'avion. Le conflit se compliquait du fait que j'étais déléguée, et j'avais honte vis à vis des autres membres de mon peu de courage !.

Comment cela s'est-il résolu ?

Lorsque je vis clairement que le début de paralysie de la jambe et du pied était dû à ce conflit, j'ai décidé de renoncer au voyage et j'ai trouvé quelqu'un pour me remplacer. Peu à peu,
sans faire aucun traitement, je me suis remise à marcher normalement.

Thérèse D.

 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt