krokus
GNM-FR

conflit de motricité Version imprimable Suggérer par mail

Depuis des années je suis conscient, par le yoga, de l'importance du psychisme lors des maladies.

Lorsqu'un collègue de travail m'a transmis un résumé des travaux du Docteur Hamer, cela m'a fortement intéressé, j'ai commandé son livre en Allemagne et je l'ai lu.

Ma femme avait développé peu de temps auparavant, en mai 1992, un cancer au sein droit et avait subi la trilogie habituelle : intervention chirurgicale, séances de rayons et chimiothérapie. Elle devait subir des contrôles à intervalles rapprochés. Son angoisse grandissait au fur et à mesure que l'on approchait de la date fatidique : "quel sera le résultat" ?

Puis la panique cédait la place au soulagement, jusqu'à l'examen suivant. C'était terrible.

J'ai demandé à mon épouse de prendre un rendez-vous avec Madame Sixt. J'ai accompagné ma femme pour un deuxième entretien fin 1993.

Madame Sixt a expliqué à ma femme la genèse spécifique du cancer du sein. Elle a pris beaucoup de temps, jusqu'à ce que ma femme comprenne que le cancer ne dépendait pas de causes extérieures, et n'était pas dû à la fatalité mais à un conflit qu'elle pouvait résoudre elle-même. Les entretiens ont duré des heures à chaque fois. Mon épouse est maintenant tranquillisée et ne ressent plus les terribles angoisses qu'elle ressentait avant les examens auxquels elle n'a plus besoin de se soumettre.

Elle a recouvré la sérénité et moi avec.

Madame Sixt a été extraordinaire de patience et de chaleur humaine.

A la même époque j'ai reçu mon licenciement après 21 ans d'activité motivante dans ma société. Etant considéré compétent, j'ai dû former mon successeur pendant 6 mois avant d'être remercié. Je n'ai pas tardé à souffrir d'arthrose, jusqu'à être douloureusement immobilisé.

Lorsque je me suis rendu compte que le licenciement allait vraiment devenir effectif, je me suis décidé à prendre soin de moi et j'ai pris 3 semaines de cure à Aix les Bains. Les bains n'ont rien fait et le médecin n'a été d'aucun secours. Je ne pouvais me déplacer qu'à grand peine et toutes les articulations me faisaient mal.

Je suis allé voir Madame Sixt qui m'a expliqué que j'avais un cancer des os en voie de solution, suite à un conflit de dévalorisation.

Petit à petit, l'arthrose a diminué pour finalement disparaître complètement. Je n'ai plus de handicap dans les postures.

Malheureusement je n'ai pas eu que ces seuls ennuis. Depuis de nombreuses années j'ai des problèmes de sensibilité aux pieds, auxquels je n'ai pas prêté une grande attention. Depuis 18 mois, j'ai eu de réels problèmes de marche avec une tendinite au pied gauche. J'ai pensé à un certain moment que peut-être j'avais quelque chose de déplacé ou de cassé, mais les radios n'ont rien détecté. Le médecin m'a alors envoyé chez un neurologue qui a pratiqué un EMG (Electro-myogramme). Cet examen a révélé que j'avais une aréflexie des quatre membres, une amyotrophie distale des membres inférieurs et un pied creux bilatéral. Il s'agirait d'une neuropathie génétique de type Charcot-Marie. Il n'y a pas eu de thérapie particulière de proposée, à part une prise en charge kinésithérapeutique régulière pour éviter l'aggravation de l'amyopathie distale.

Donc le seul espoir qu'on me donnait était une stabilisation de l'amyopathie.

Je n'ai pas accepté cette analyse, et j'ai commencé à faire mes propres séances de kinésithérapie.

J'ai regagné un peu de force musculaire dans les jambes et me suis rendu compte que ma tendinite venait du fait que les muscles étant tellement faibles, ils se fatiguaient très vite. Je devais donc être très vigilant dans mes exercices et lors des marches, pour ne pas me dévaloriser à nouveau.

J'ai contacté Madame Sixt à ce sujet. Elle m'a indiqué que j'avais un conflit de motricité en voie de guérison, par suite d'une revalorisation. Le fait que j'aie ce problème depuis des années signifie que je retombe régulièrement dans les mêmes rails, mais je suis maintenant confiant que je vais guérir cette maladie soi-disant génétique.

Je me déplace actuellement sans steppage et la tendinite au pied gauche ne me fait plus souffrir.

Docteur Hamer, un énorme merci de ma part, de la part de mon épouse, et pour mes enfants qui n'ont plus rien à craindre d'une maladie génétique. Merci à Andrée qui a su nous expliquer la Médecine Nouvelle en toute simplicité et avec son coeur.

Margrit et Michel R.

 
< Précédent   Suivant >
   
Menu Content/Inhalt