krokus
GNM-FR

La preuve officielle Du plus grand crime de l´histoire de l´humanité Version imprimable Suggérer par mail
Dr en médecine,
Titulaire d’une Maîtrise de Théologie,
Ryke Geerd HAMER
 
    Le 6 juillet 2009
                                                                                                                
La preuve officielle
Du plus grand crime de l’histoire de l’humanité

C’est enfin écrit noir sur blanc :


Selon la publication officielle de l’ambassade israélienne à Berlin, datée du 29.10.2008, en Israël, le nombre des décès dû au cancer a baissé au cours des dernières années. En Israël, d’après la Newsletter de l’ambassade, 152 personnes sont donc mortes du cancer en 2004 alors qu’il y en avait eu 160 en 2003 (pour environ 6,2 millions d’habitants).
En revanche, en Autriche, par exemple, il y eut 19.785 décès (pour 8,3 millions d’habitants).
Et en Allemagne, tous les jours, 1500 personnes décèdent dans la souffrance.

Naturellement, on peut supposer que ceci est valable pour tous les juifs vivant en dehors d’Israël, c'est-à-dire qu’il n’y a pratiquement plus aucun décès de patient juif du au cancer. En revanche, dans le monde entier, 98 % des patients non juifs décèdent des suites de la chimio et de la morphine.
C’est aussi pour cette raison que l’on ne trouve pas de cadavre de juif du à la chimio.

Sur le site Internet 2006 des juifs Lubawitschiens, concernant la « vérité médicale », on peut lire (en traduction libre) : « Si dans le passé, on mettait l’accent sur le proverbe médical « une âme saine dans un corps sain », de nos jours, il est apparu à quel point la moindre perturbation de l’âme PROVOQUE une grande perturbation corporelle »…

En 2004, le plus grand rabbin de France, François Bessy (ami du Président français, Sarkozy), m’a fait enfermer dans la pire des prisons d’Europe, au motif que la Médecine Nouvelle Germanique était fausse, bien entendu.

Mais à présent, ce sont les juifs eux-mêmes qui ont quasiment fait tomber ce château de cartes mensongé. A présent, nous restons tout de même interdits devant l’énormité du crime le plus méprisable de l’histoire de l’humanité et qui vient d’être reconnu de façon indirecte. C’est Israël même, qui vient pratiquement de nous apporter la preuve qu’il n’y a jamais eu auparavant dans l’histoire de l’humanité un groupe/ communauté religieuse ou association mafieuse faisant preuve d’un tel mépris humain global, d’une telle énergie et d’une telle cruauté criminelles envers tous les non juifs.

Tous les honnêtes gens doivent sentir le sang se glacer dans leurs veines à l’idée des millions (des milliards ?) de morts de par le monde.

Durant 28 ans, toutes les gazettes et les télévisions ont clamé : guérisseur miracle, charlatan, qu’on l’enferme… Et maintenant, c’est Israël même qui confirme qu’il y a eu « seulement » 152 décès par cancer dans tout Israël en 2004. Comment est ce possible ?

 Naturellement, ceci n’a rien à voir avec les examens de prévention qui se pratiquent aussi ailleurs. Non, ce succès ne peut être obtenu qu’à l’aide de la Médecine Nouvelle Germanique, lorsque les patients ne paniquent plus devant le cancer, c'est-à-dire, lorsque tous les patients sont déjà informés que le cancer (programme biologique spécial bien-fondé) n’est pas une « maladie obligatoirement mortelle ». C’est une preuve supplémentaire que les juifs pratiquent la Médecine Nouvelle Germanique pour eux-mêmes et ceci, visiblement, depuis plus de 28 ans.

Le Professeur Joav Merrick, de l’université Ben Gurion, à Sheva, Israël :
« Les deux premières lois fondamentales des travaux d’Hamer, c'est-à-dire la règle psychosomatique de la « loi d’airain du cancer » (1ère « loi » d’Hamer) et le principe d’inversion de la pathogénie en retour vers la santé (2ème « loi » d’Hamer) sont reconnues comme étant valables dans la totalité de la médecine actuelle. » (The scientific World Journal, vol. 5, p.93-102, 20050128)


Récapitulons encore une fois le scénario tel qu’il s’est déroulé jusqu’à ce jour :
•    J’ai découvert la Germanique en octobre 1981 et je l’ai présentée sous forme de thèse à la Faculté de Médecine de Tübingen. En 1986, en marge du procès devant le tribunal administratif de Sigmaringen du 17.12.86, Monsieur Schwarzkopf, le conseiller juridique de l’université de Tübingen, m’a confié : « M. Hamer, je peux vous certifier que votre découverte est juste. Nos professeurs (il pensait évidemment aux professeurs juifs Bock, Hirsch, Bamberg, etc.) l’ont testée et vérifiée cent fois en secret. Ils ont trouvé qu’elle était juste sans exception. S’ils avaient trouvé ne serait ce qu’un seul cas qui ne correspondait pas, ils vous auraient convié dès le lendemain à une vérification officielle. »
•En 1986, le Grand Rabbin parisien des Juifs Lubawitschiens, le subordonné du Grand Rabbin des Juifs Lubawitschiens, M.M. Schneerson, m’a concédé à New York (voir ma lettre de 1986) que le Grand Rabbin Schneerson qui, à l’époque, passait quasiment pour le messie des Juifs, avait inscrit dans le Talmud un commentaire engageant tous les rabbins du monde à prendre des mesures afin qu’en cas de cancer tous les Juifs soient traités par la Médecine Nouvelle (Germanique) car elle était juste, mais seulement les juifs.
•Depuis 1981, tous les oncologues juifs du monde (et c’est la grande majorité) soignent leurs patients juifs selon la Germanique avec un taux de survie à 98 %. Cependant, les patients non juifs (voir Prof. Mathe) sont soignés à la chimio et à la morphine avec un taux de mortalité à 98 % (voir les statistiques américaines, australiennes*), du Centre allemand de recherches pour le cancer, à Heidelberg, Prof. Abel, etc.)

Toutes les campagnes de diffamation des autorités, des médecins, des tribunaux, des médias et de la presse juives et de nos faux frères n’étaient faites que de mensonges (NB : « nous nous distancions de toutes les déclarations hostiles à la médecine d’école » et « l’on peut constater aussi que des Juifs renommés se sont également soumis au traitement mortel de la médecine d’école, non pas à la Germanique ». Tout ceci n’étaient que des mensonges, encore des mensonges, rien que des mensonges…

A présent, nous avons pour ainsi dire la preuve du crime – seulement 152 morts dans tout Israël ! Ne restez pas passifs plus longtemps ! Redressez vous, défendez vous, pour la vérité, pour le droit, pour la liberté et la dignité de votre famille.

Il est temps !

                                                                                         Votre Ryke Geerd

* La revue Clinical Oncology a publié récemment un article de trois professeurs australiens, sous le titre : « The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5 -year  Survival in Adult Malignancies »…  (La contribution de la chimiothérapie cytotoxique à la survie à 5 ans dans les maladies cancéreuses de l’adulte).

Bien qu’en Australie seulement 2,3 % des patients et aux USA rien que 2,1 % des patients tirent profit d’une chimiothérapie en ce qui concerne la survie à 5 ans, on continue à recommander ces mêmes thérapies aux patients cancéreux…
Les auteurs demandent, à juste titre, comment il est possible qu’une thérapie qui a si peu contribué à la survie des patients au cours des 20 dernières années, connaisse en même temps, un tel succès dans les statistiques de vente…
Pour le cancer du sein, le taux de survie était de 1,4 %, pour celui des intestins, de 1,0 % et celui de l’estomac, de 0,7 %.
Et ceci au bout de 20 années de recherches intensives dans le domaine de la chimiothérapie et l’investissement de milliards de fonds de recherche et de dons de particuliers aux grandes associations pour le cancer… Toute personne dotée d’un raisonnement logique devrait à présent se sentir contrainte de changer d’opinion…


Pièce jointe

Newsletter de l’ambassade de l’état d’Israël
                                         
                                                                                                         Mercredi 29.10.2008

SOCIETE
Baisse des cas de cancer en Israël


La progression des maladies cancéreuses semble diminuer en Israël. C’est l’annonce faite ce jour par le Dr Micha Barchana, rapporteur national pour le cancer. La raison en est principalement la régression des cancers du côlon, du sein et des poumons.

Barchana mit l’accent sur le fait que les cas de cancers du sein étaient de plus en plus souvent détectés au stade primitif grâce à la prise de conscience du public et des examens préventifs appropriés. D’après les données actuelles, en 2006, on a enregistré 3075 cas de cancers du sein (contre 3144 en 2005). Les taux élevés de cancers du sein sont toujours répertoriés dans le secteur arabe.

Le nombre des décès dus au cancer a également baissé au cours des années passées. C’est ainsi qu’en Israël, environ 152 personnes sont décédées du cancer en 2004 ; en 2003, il y en avait eu 160 ;

(Haaretz, le 22.10.08)





 
< Précédent
   
Menu Content/Inhalt