Lettre ouverte du Dr. Ryke Geerd Hamer - 08.09.2016

 

 

Lettre ouverte du Dr. Ryke Geerd Hamer à Monsieur le ConseillerJudiciaire Schäfer, Office pour les examens et l’instruction - Ministère de la santé du Land de Hesse. (08. 09. 2016)

Chers lecteurs de la Germanische,
Nous vous communiquons cette lettre, afin de vous donner un aperçu des différentes demandes adressées aux autorités qui s’obstinent à ne pas réhabiliter le Dr R.G. Hamer, dans son droit d’exercer la médecine, ni lui rendre son permis d’exercer, ce dont l’a privé l’Université de Tübingen en 1986, pour sa non-soumission totale à la médecine d’école.
Le Dr Hamer mènera son combat jusqu’au bout, car c’est une grande catastrophe de priver l’immense majorité des personnes de la plus grande découverte humanitaire de notre temps : la Germanische Heilkunde et la mélodie Mein Studentenmädchen.

Dr. en méd. Diplômé en Théologie Ryke Geerd Hamer
Sandkollveien 11
N-3229 Sandefjord 

08.09.2016

                                         

Office pour les examens et l’instruction

Ministère de la santé du Land de Hesse
Walter Möller Platz 1
60439 Frankfurt sur le Main
Lettre Ouverte !
Objet : Votre avis d’opposition, II Sch/sch
Cher Monsieur le Conseiller Judiciaire Schäfer,
Dieu soit loué, la situation c’est maintenant “ausgeschäfert” et “ausgedieffenbacht” (jeu de mots avec les noms des protagonistes que l’on peut traduire par “démoutonné” et “sortie du trou noir”). L’arrogance et la haine contenues dans vos lettres sont insupportables. Visiblement votre chef Dieffenbach est impliqué là-dedans.
Vous dites dans la conversation téléphonique du 18.11.2015 que j’ai sténographiée :
 “Dites- moi s’il vous plaît, pourquoi le reste du monde ne peut pas faire exactement comme les Israéliens”.
(C’est-à-dire : depuis 35 ans, pratiquer la thérapie du cancer suivant la Germanische Heilkunde - sans chimio ni morphine -  avec un taux de survie à 99,4%, selon une publication de l’ambassade d’Israël à Berlin, parue le 29.10.2008).


À un autre endroit vous dites :
“Pourquoi le reste du monde ne fait-il pas de même ?
Ce serait pourtant la solution de toute cette problématique du cancer.”
(Voir en pièce jointe notre conversation téléphonique sténographiée).
Aujourd’hui, 9 mois plus tard vous m’écrivez :
…De même pour votre circulaire du 10.1.2016 destinée à vos partisans : votre parti pris sur l’utilisation de la chimiothérapie que vous qualifiez “d’exécution” et de “meurtre en masse”, révèle une position sans équivoque à l’encontre de cette approche médicale établie et reconnue.’’
…Du reste vous êtes en contradiction avec votre affirmation, selon laquelle vous recommanderiez la chimiothérapie comme “ultima ratio” pour  les “cas objectivement désespérés”.
Vous m’attribuez là, une déclaration que je n’ai jamais faite.
Dans les 99,4 % de taux de survie chez les israéliens, sans chimio ni morphine, il n’y a pas de “cas objectivement désespérés !”.
En contre-partie, il y a 99,4 % de taux de mortalité chez les goys traités par chimio et morphine, ce qui est une pure tromperie médicale envers les patients et un “meurtre en masse”. Depuis 35 ans, les autorités, les institutions médicales et les tribunaux voudraient m’amener à recommander la chimio et la morphine pour les goys, au moins comme approche minimale, et ce faisant me faire passer pour fou et ma Germanische Heilkunde comme pure foutaise.
Mais cela, je ne l’ai jamais dit. Qu’un de mes avocats l’ait écrit imprudemment, sans y être autorisé, je ne sais pas.
Ces deux affirmations totalement opposées venant d’un fonctionnaire qui se prétend juriste, c’est du baratin. Une débilité à l’état pur. Et avec cette débilité, vous m’avez puni il y a plus de 30 ans et encore maintenant, en m’interdisant d’exercer la médecine, par ce fait, vous avez détruit ma vie professionnelle et tenté de détruire la Germanische Heilkunde, la plus grande découverte de l’histoire de l’humanité pour les goys, ont toujours pu pratiquer universellement, la Germanische Heilkunde et survivent à 99,4%.
Qu’avez-vous à répondre au fait que, rien qu’en Allemagne, 40 millions de patients soient aient été traités par chimio et morphine et quasiment personne chez les Juifs ? Qui va payer les réparations pour ce crime, le plus grand et le plus horrible de l’histoire de l’humanité dans lequel vous et votre institut, ainsi que Mr Dieffenbach, êtes profondément impliqués ? Réfléchissez un instant : 40 millions de patients allemands ont été tués par chimio et morphine pendant que quasiment aucun patient juif n’est mort, sans chimio ni morphine mais avec la Germanische Heilkunde. La moitié de notre peuple a été sacrifiée parce que vous et vos ‘’collaborateurs’’ avez étouffé la Germanische Heilkunde et m’avez puni de 30 années d’interdiction d’exercer la médecine. Et maintenant vous voudriez me rajouter 10 ou 20 ans de plus.
Vous ne pouvez pas dire : “Nous n’avions aucune connaissance scientifique en la matière, nous n’étions que des juristes ignorants. Nous avons agi sur un ordre supérieur, émanant d’un délire religieux. Nous devions faire en sorte que tous les goys soient exécutés à la morphine et à la chimio, ce qui s’est effectivement passé.’’
Vous ne pouvez pas dire la vérité. C’est pourquoi vous nous avez menés en bateau, mon avocat et moi, vous vous êtes foutu de nous.
Monsieur Schäfer je vais veiller à ce que toute notre correspondance idiote, disons plutôt ‘’criminelle’’ ne disparaisse jamais d’internet. À votre place et à celle de Mr Dieffenbach, je me cacherais de honte, ‘’six pieds sous terre’’.
Vous ne pouvez plus regarder personne dans les yeux, encore moins le membre d’une famille d’un “patient cancéreux traité par chimio et morphine.”
La malédiction sera sur vous tous.
En outre votre “sous-traitant”, le Dr Elies de l’ordre des médecins du Land de Hessen a aussi commis une petite, mais significative escroquerie scientifique, en transformant le critère de “preuve scientifique par reproductibilité sur n’importe quel cas”, valable universellement, en “preuve scientifique par reconnaissance générale”.  Une “reconnaissance générale” peut au besoin devenir une “désapprobation générale”. Mais une ‘‘preuve scientifique par reproductibilité sur n’importe quel cas’’ ne peut plus être révoquée. Alors, le mensonge scientifique du Dr homéopathe Elies, doit-il servir à me voler mes droits dans le procès en cours qui m’oppose à un milliardaire autrichien du fait que “les deux premières lois de la nature sont généralement reconnues”. Après le procès, on peut me priver de cette reconnaissance générale, sous prétexte justement qu’elle est générale et non scientifique. Vos écrits ridicules sur la ‘‘reconnaissance générale des deux premières lois biologiques’’ de la plus grande découverte de l’histoire de l’humanité, que je suis le seul à devoir renier depuis 1986, ce qui me serait d’aucune utilité - sinon à maintenir mon interdiction d’exercer la médecine - déclencherons à l’avenir, des torrents de rires dans la science.
Comme vous l’avez vu dans les annexes, en novembre 1981 et plus tard dans le cadre du procès VG (Dr. Iber), l’université de Tübingen m’a notifié officiellement par l’intermédiaire de Mr Schwarzkopf, conseiller judiciaire en leur propre service juridique, que le Professeur Bock, mon ancien patron, avait entrepris avec 4 autres professeurs, de mener en huis clos une vérification de la Germanische Heilkunde, appelée autrefois Neue Medizin sur 100 cas de malades cancéreux. La conclusion fut : ‘‘Tous les résultats du Dr Hamer sont justes à 100%’’, comme me l’a révélé en 1986, à son domicile parisien, le grand rabbin Ben Denoun Danow Josue (témoin : le comte D’Oncieu de Chambéry).
Ensuite, l’université de Tübingen s’est rétractée sur ces résultats, dans une énorme action de tromperie, à la demande du Messie des Juifs, Menachem Mendel Schneerson, le plus grand assassin de tous les temps, et depuis seuls les Juifs d’Israël et du monde entier peuvent en bénéficier, mais pas les goys.
C’est aussi la raison pour laquelle il fallait m’interdire d’exercer la médecine, ce depuis plus de 30 ans, pour que je ne puisse pas enseigner la Germanische Heilkunde, autrefois appelée Neue Medizin, aux non-juifs. À cette époque, en novembre 1981, la Germanische Heilkunde était déjà examinée et vérifiée, voir la publication du 29.10.2008, de l’ambassade d’Israël à Berlin. Depuis 1981, très peu de Juifs meurent de cancer.
Comment disiez-vous déjà lors de notre entretien téléphonique ?
‘‘Dites-moi s’il vous plaît, pourquoi le reste du monde ne peut pas faire exactement comme le font  les Israéliens ’’.
Et que font-ils donc d’autre, depuis la vérification en novembre 1981, de la reproductibilité sur une centaine de cas de patients cancéreux, en huis clos à l’Université de Tübingen par le Prof . Bock, comme me l’a fait savoir officiellement l’université de Tübingen par son conseiller judiciaire Schwarzkopf.
A bon entendeur !

Dr. Ryke Geerd Hamer